alerte à la récession planétaire

b8b84ac_1661820364270-choix.jpg

Télécharger sans lire 👇

⚡alerte à la récession planétaire
| #alerte #récession #planétaire #Economie #france


alerte à la récession planétaire

Des membres du personnel désinfectent les couloirs d’une école à Handan (Chine), le 29 août 2022.

Choc gazier en Europe, hausse très prononcée des taux d’intérêt aux Etats-Unis, confinements qui n’en finissent pas et grave crise immobilière en Chine… Un à un, les grands moteurs de l’économie mondiale sont en train de caler, voire de passer dans le rouge. « Les nuages de la récession s’assemblent à travers le monde », avertit Seth Carpenter, le chef économiste de Morgan Stanley, une banque américaine. « Pour les consommateurs, un hiver long et froid se profile », ajoute Tamara Basic Vasiljev, d’Oxford Economics.

Un consensus inquiétant est en train d’émerger chez les économistes : la zone euro sera en récession d’ici à la fin de l’année ; les Etats-Unis pourraient peut-être l’éviter, mais ils n’échapperont pas à un sérieux coup de frein ; quant à la Chine, moteur de l’économie mondiale depuis un quart de siècle, sa croissance n’a jamais été aussi précaire.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Le FMI revoit à la baisse ses perspectives de croissance mondiale avant des mois « sombres et plus incertains »

Il faut y ajouter le Royaume-Uni, probablement déjà en récession, l’Europe centrale, touchée de plein fouet par la guerre en Ukraine, ou encore une pléthore de pays émergents qui traversent une grave crise : Liban, Sri Lanka, Pakistan en quasi-faillite, Turquie balayée par une inflation galopante (80 %).

Il ne s’agit cependant pas d’un scénario catastrophe. « On n’est pas à la veille d’une grande crise comme celle de 2008, tempère Alejandra Grindal, de Ned Davis Research. Mais on se dirige effectivement vers une récession mondiale. » La banque suisse UBS prédit de même pour l’union monétaire européenne une récession « peu profonde ».

L’année 2022 avait pourtant commencé dans un rare élan d’optimisme. La pandémie semblait finie, tandis que les ménages n’avaient pas trop souffert grâce au soutien sans précédent des gouvernements. Il y avait bien un début de poussée d’inflation, mais l’opinion majoritaire était que le phénomène concernait essentiellement les Etats-Unis et était transitoire.

Ce scénario rose a complètement déraillé, pour deux raisons. D’abord, l’Occident connaît sa pire flambée d’inflation depuis quarante ans, provoquée d’abord par les dérèglements économiques qui ont suivi la pandémie – chaînes logistiques désorganisées, marché du travail tendu –, puis par la guerre en Ukraine. Ensuite, la Chine continue d’imposer une politique zéro Covid particulièrement inflexible.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés La flambée des prix, une onde de choc mondiale qui crée des tensions sur les cinq continents

Les prévisions sans cesse revues à la baisse du Fonds monétaire international (FMI) racontent ce lent désenchantement. En octobre 2021, celui-ci prévoyait une croissance mondiale de 4,9 % pour l’année 2022 ; en avril, il l’abaissait à 3,6 % ; en juillet, à 3,2 %. Un niveau jugé encore bien trop optimiste par de nombreux économistes : Morgan Stanley table pour sa part sur 2,5 %, tandis que Oddo BHF prévoit 2,8 %.

Il vous reste 71.62% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Merci à banqueenfrance.com puor alerte à la récession planétaire

#banqueenfrance
Merci d’avoir lu cet article : alerte à la récession planétaire


De banqueenfrance.com

Banqueenfrance.com

Merci 


alerte à la récession planétaire
source : online websites and banqueenfrance.com

Plus d'articles >>

%d bloggers like this: