Au Canada, les « immigrants » choisis, moteurs de la croissance

fecd29d_1661239264030-000-9qg4eg.jpg

Télécharger sans lire 👇

⚡Au Canada, les « immigrants » choisis, moteurs de la croissance
| #Canada #les #immigrants #choisis #moteurs #croissance #Economie #france


Au Canada, les « immigrants » choisis, moteurs de la croissance

Le ministre de l’immigration, des réfugiés et de la citoyenneté Sean Fraser, lors d’une conférence de presse à Ottawa, au Canada, le 26 octobre 2021.

Le Canada peut se targuer d’être une terre d’accueil pour les populations chassées de leur pays en crise. Quarante mille Syriens y ont trouvé refuge depuis 2015, le gouvernement libéral de Justin Trudeau s’est engagé à accueillir autant d’Afghans d’ici à 2023 et l’invasion russe a déjà poussé 205 000 Ukrainiens à y faire une demande d’asile.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés L’Allemagne, durement frappée par la pénurie de main-d’œuvre, s’apprête à réformer sa politique migratoire

Une tradition d’accueil historique : avec un Canadien sur cinq issu de l’immigration, ce sont bien les « immigrants », on ne parle pas « d’immigrés » ici, qui ont bâti le pays. Mais s’il continue d’ouvrir grand les bras, le Canada s’applique aujourd’hui à choisir scrupuleusement ceux qu’il choisit d’étreindre. Lors du dernier recensement en 2016, les immigrants « économiques » représentaient 60 % des nouveaux arrivants, très majoritaires face aux réfugiés ou à ceux venus au titre du regroupement familial.

Vieillissement

Le nouveau plan annoncé en février 2022 par le ministre de l’immigration, Sean Fraser, ne se paie pas de mots : « Nous avons besoin de l’immigration pour jeter les bases de notre croissance économique à long terme. » Face au vieillissement de sa population, qui engendre des pénuries croissantes de main-d’œuvre, le Canada n’a d’autre choix que de faire appel à des bras et des cerveaux venus d’ailleurs. En effet, le nombre de sexagénaires, bientôt retraités, augmente six fois plus vite que celui des jeunes de moins de 14 ans.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Refoulement de migrants en Grèce : l’enquête qui accuse Frontex

En avril, Statistique Canada estimait qu’un million de postes restaient vacants faute de travailleurs. Le gouvernement fédéral s’est donné pour cible d’accueillir cette année, 435 645 nouveaux immigrants, avec une montée en puissance de 900 000 autres d’ici deux ans. Sa priorité : « Veiller à ce que le Canada dispose de travailleurs dont il a besoin pour combler des pénuries de main-d’œuvre critiques », écrit encore le ministre.

Un doctorat garantit 25 points d’office quand le baccalauréat n’en vaut que 15

Depuis 2015, la procédure dite « Entrée Express » permet d’attirer, de sélectionner et de garder les travailleurs qualifiés dont le pays a besoin. En 2021, 156 000 étrangers en ont bénéficié. Le candidat tenté par une installation à long terme, avec statut de résident permanent à la clé, doit se soumettre à un questionnaire en ligne destiné à évaluer son profil. Compétences linguistiques, niveau de scolarité, expérience professionnelle, proposition d’emploi validée par une entreprise ou acceptation préalable délivrée par une province canadienne, chaque item donne droit à un certain nombre de points sur un total de 100.

Il vous reste 44.36% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Merci à banqueenfrance.com puor Au Canada, les « immigrants » choisis, moteurs de la croissance

#banqueenfrance
Merci d’avoir lu cet article : Au Canada, les « immigrants » choisis, moteurs de la croissance


De banqueenfrance.com

Banqueenfrance.com

Merci 


Au Canada, les « immigrants » choisis, moteurs de la croissance
source : online websites and banqueenfrance.com

Plus d'articles >>

%d bloggers like this: