« Plus l’eau se raréfiera, plus elle deviendra un enjeu vital de sécurité entre Etats »

a1f10d3_1659534305001-pns-3142637.jpg

Télécharger sans lire 👇

⚡« Plus l’eau se raréfiera, plus elle deviendra un enjeu vital de sécurité entre Etats »
| #leau #raréfiera #elle #deviendra #enjeu #vital #sécurité #entre #Etats #Economie #france


« Plus l’eau se raréfiera, plus elle deviendra un enjeu vital de sécurité entre Etats »

Une carte dessinée par Léonard de Vinci, conservée au château royal de Windsor (Royaume-Uni), représente un plan de dérivation des eaux du fleuve italien de l’Arno. En 1503, le peintre et inventeur avait mis son génie au service de Machiavel, qui voulait en priver Pise au profit de sa rivale, Florence. Le projet de canal fut abandonné, mais la seule perspective d’une « guerre de l’eau » entre les deux cités toscanes montre que la précieuse ressource était déjà une arme redoutable et une cible stratégique. On ne compte plus, de l’Antiquité à nos jours, les exemples d’utilisation de l’« or bleu » comme un moyen d’affaiblir un pays ennemi ou frontalier.

Malgré l’énorme masse d’eau présente sur la planète, une infime quantité (0,07 %) est directement utilisable par l’homme. Les trois quarts des pays doivent la partager avec un ou plusieurs voisins, multipliant les foyers de tension. Croissance démographique, industrialisation et urbanisation entraîneront une hausse de la demande d’environ 30 % à l’horizon 2050. L’eau sera encore plus mal répartie, la moitié des 9,7 milliards d’êtres humains souffriront d’un stress hydrique plus ou moins sévère et 700 millions risquent de devoir fuir leurs terres assoiffées d’ici à la fin de cette décennie, prévient l’ONU.

Lire l’article : Article réservé à nos abonnés L’eau à l’épreuve des changements climatiques

La sécheresse qui sévit depuis le printemps dans l’hémisphère Nord, parfois entrecoupée de pluies dévastatrices, a réveillé les Européens, stupéfaits de ne plus être épargnés. Voilà qu’ils s’avisent qu’une partie de leur Vieux Continent s’achemine vers un climat semi-aride, y compris la France, et que la ressource n’est pas illimitée. Les pays émergents ne sont plus seuls à être affectés par une baisse de 20 % à 50 % des récoltes. Les investisseurs ne peuvent plus sous-estimer ce risque pour la valeur de leurs actifs, comme ils l’ont fait pour les émissions de CO₂.

La « diagonale de la soif »

Consulter une carte du monde n’a rien de réjouissant. De grands bassins hydrographiques, qui sont aussi des bassins de vie pour des dizaines ou des centaines de millions d’habitants, sont menacés. Il ne fera pas bon vivre dans ce que Franck Galland, chercheur associé à la Fondation pour la recherche stratégique, appelle la « diagonale de la soif », qui court du Maroc au nord-est de la Chine en passant par le Moyen-Orient, l’Asie centrale et l’Inde. Pas plus qu’au Brésil, en Australie ou dans le sud-ouest des Etats-Unis.

La mauvaise gestion de l’eau, (mal) utilisée à près des trois quarts pour l’agriculture, n’est plus seule en cause. Les récents bouleversements climatiques ont changé la donne.

Il vous reste 54.29% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Merci à banqueenfrance.com puor « Plus l’eau se raréfiera, plus elle deviendra un enjeu vital de sécurité entre Etats »

#banqueenfrance
Merci d’avoir lu cet article : « Plus l’eau se raréfiera, plus elle deviendra un enjeu vital de sécurité entre Etats »


De banqueenfrance.com

Banqueenfrance.com

Merci 


« Plus l’eau se raréfiera, plus elle deviendra un enjeu vital de sécurité entre Etats »
source : online websites and banqueenfrance.com

Plus d'articles >>

%d bloggers like this: