Seine-et-Marne. A la banque, il détournait l’attention des seniors pour voler leur argent

arnaque-distributeur-banque-le-havre.jpeg

Télécharger sans lire 👇

⚡Seine-et-Marne. A la banque, il détournait l’attention des seniors pour voler leur argent
#banque #france | #SeineetMarne #banque #détournait #lattention #des #seniors #pour #voler #leur #argent |


Seine-et-Marne. A la banque, il détournait l’attention des seniors pour voler leur argent

Un homme handicapé a été la cible de trois malfaiteurs à un distributeur de billets à Lille.
Les voleurs ciblaient les personnes vulnérables et âgées et leur volait de l’argent aux distributeurs de billets. L’un des suspects a été condamné au tribunal de Meaux en Seine-et-Marne le 29 avril 2022 (©Adobe Stock/Illustration)

Son complice n’ayant jamais été identifié, le jeune Florin était seul dans le box, vendredi 29 avril 2022 au tribunal de Meaux. Il a dû répondre de 14 vols ou tentatives dans 14 communes de Seine-et-Marne. En duo, il dérobait de l’argent à des personnes âgées ou vulnérables venues retirer des espèces dans des distributeurs automatiques de billets (DAB).

La technique était bien rodée. En pleine journée, les deux comparses attendaient discrètement qu’un sénior ou qu’une personne vulnérable se présente au DAB. Sitôt la carte de crédit introduite et le code enregistré, ils détournaient son attention ou la bousculaient pour saisir un montant et s’emparer des billets.

Ils ont sévi dans un grand nombre de communes seine-et-marnaises, faisant parfois une incursion dans l’Oise et dans l’Aisne. Mais la ténacité des gendarmes de Saint-Soupplets a permis de mettre fin à ce manège. Leur travail d’investigation a été salué par la procureure.

9 vols et 5 tentatives en 14 jours

L’enquête des militaires de la brigade a démarré jeudi 14 avril, après avoir reçu le dépôt de plainte d’une femme âgée de plus de 60 ans : elle venait de mettre en fuite deux individus. Quand ils se sont approchés, elle s’est débattue en hurlant et les a mis en fuite.

Durant les jours qui suivent, les enquêteurs cherchent des faits similaires. Par recoupements, ils en recensent plusieurs mais seuls 13 ont été retenus dont 9 ayant permis aux auteurs de récupérer des sommes allant de 400 € à 900 €.

Les 12 et 13 avril, ils ont réussi leur coup à Esbly, Thorigny-sur-Marne et au Mée-sur-Seine avant d’essuyer un premier revers le lendemain à Meaux. Saint-Soupplets, Dammartin-en-Goële, selon un parcours aléatoire, ils ont continué à écumer la région pendant plus de dix jours, avec plus ou moins de réussite : Le Plessis-Belleville, Noailles (Oise), Mormant, Bois-le-Roi…

Grâce à la vidéosurveillance, les gendarmes ont pu repérer deux véhicules, entrant et sortant des camps de Bobigny et Vaujours qui hébergent des Roumains. Puis ils ont identifié Florin et procédé à son arrestation. Plusieurs témoins l’ont reconnu sur planches photographiques. Mais impossible de trouver son complice.

Vidéos : en ce moment sur Actu

« J’étais obligé de faire ça ! »

En garde à vue, Florin a appliqué les consignes reçues du chef de clan : donner une fausse identité, se dire mineur et refuser de parler. Le moyen garanti d’échapper à la prison, selon lui, en cas d’arrestation. Pas de chance pour Florin, l’ambassade de Roumanie a confirmé son identité et son âge : il venait d’avoir 18 ans quatre jours avant la première infraction.

Une fois dans le box pour être jugé en comparution immédiate, et après avoir connu la détention provisoire, il a décidé de s’exprimer. Assisté d’une interprète, il a d’abord avoué avant de parler de lui : 

Je savais pas que j’étais majeur. Je sais pas lire, pas écrire. J’étais obligé de faire ça ! Avec mon père, ma mère, mes frères, on a dû payer 500 € au chef de clan par personne pour entrer dans le camp et 150 € par mois pour la caravane.

900 € dérobés à l’une des victimes

Deux des 14 victimes se sont présentées à l’audience. Marie, 78 ans et Isabelle, 58 ans et handicapée, ont préféré faire appel à la même avocate pour les représenter. Au total, dix personnes se sont constituées partie civile.

Josiane a décrit la scène : 

Je voulais retirer de l’argent pour les Pâques de mes petites-filles. Quand j’ai mis la carte dans la machine et fait le code, deux hommes sont entrés. Un m’a bousculé et l’autre m’a pris 900 €.

Ensuite, Odile est venue à la barre raconter sa triste expérience : 

Lundi dernier, il me fallait de l’argent. En voyant les guichets et le rideau fermés, j’ai hésité. Seule dans la salle, j’ai entendu la porte et vu deux hommes au moment de faire le code. Ils ont essayé de me pousser. J’ai eu peur et j’ai hurlé. Ils sont partis aussitôt.

Puis avant de regagner sa place, elle ajoute : « J’ai élevé seule trois enfants. Moi aussi j’avais besoin d’argent. Alors, j’ai travaillé ! ».

Un casier judiciaire déjà chargé

Presque larmoyant, les mains jointes, Florin n’a pas convaincu lorsqu’il a répété : 

 Je promets, je le ferai plus. Je vais arrêter de traîner avec des gens qui volent. Je vais travailler.

Au cours de ses réquisitions, la représentante du ministère public a rappelé que Florin, arrivé en France depuis 4 ans, avait déjà été condamné à cinq reprises par le tribunal pour enfants, qu’il devait encore comparaître pour 9 autres vols commis alors qu’il était sous contrôle judiciaire et suivi par un éducateur.

S’adressant aux membres du tribunal, elle a demandé une peine sévère et dissuasive : « La décision de justice doit être supérieure aux gains retirés. Dans leurs clans, les jeunes travaillent pour assurer des ressources à leurs anciens. Pour cela, ils agressent et volent nos anciens ! ».

« Le vol, ce n’est pas son choix, c’est celui de ses parents »

Au cours de sa plaidoirie, l’avocat de la défense s’est attaché à contrer les propos de la procureure et à démontrer que Florin a été « formaté par le milieu familial » : 

Le vol, ce n’est pas son choix de vie, c’est celui de ses parents. À l’âge où nos enfants sont au collège, mon client faisait la manche. La personne vulnérable, c’est aussi mon client. Il est sous influence depuis son enfance.

S’il a convenu que le prévenu devait être condamné, il a conclu en demandant « une gradation des peines » sachant que Florin devait être rejugé prochainement.

La sévérité a prévalu dans la décision des juges. Florin a écopé de trois ans de prison auxquels trois mois de révocation de sursis se sont rajoutés. Le maintien en détention a été prononcé.

À sa sortie, il devra se soumettre à une interdiction de paraître en Ile-de-France pendant trois ans. Il devra aussi indemniser sept victimes pour un montant total de 4 700 €. Deux autres feront valoir leurs droits lors d’une audience sur intérêts civils.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre La Marne dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous y retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.




Merci à banqueenfrance.com puor Seine-et-Marne. A la banque, il détournait l’attention des seniors pour voler leur argent

#banqueenfrance
Merci d’avoir lu cet article : Seine-et-Marne. A la banque, il détournait l’attention des seniors pour voler leur argent


De banqueenfrance.com

Banqueenfrance.com

Merci 


Seine-et-Marne. A la banque, il détournait l’attention des seniors pour voler leur argent

Plus d'articles >>