« Sud », un mot porteur commercialement, mais trop confus géographiquement

2d0ee12_1660830745904-000-1i25il.jpg

Télécharger sans lire 👇

⚡« Sud », un mot porteur commercialement, mais trop confus géographiquement
| #Sud #mot #porteur #commercialement #mais #trop #confus #géographiquement #Economie #france


« Sud », un mot porteur commercialement, mais trop confus géographiquement

Des vignes dans un vignoble de Restinclières (Hérault), près de Montpellier, le 30 juin 2019.

Le « laisser-faire » aura duré de longues années mais le préfet de la région Occitanie, Etienne Guyot, a décidé de mettre fin à une anomalie. Le 25 juillet, il a tapé du poing sur la table et demandé aux acteurs viticoles de la région de ne plus inscrire « Sud de France » sur leurs étiquettes. Cette « marque ombrelle », créée par le tonitruant ancien président de la région Georges Frêche en 2006, a réussi, en quinze ans, à fédérer les acteurs du vin en Languedoc. A l’époque, M. Frêche présidait la région Languedoc-Roussillon fusionnée depuis avec Midi-Pyrénées pour former l’Occitanie. « Toulouse, c’est le Sud-Ouest ; Marseille et Nice, c’est le Sud-Est, nous c’est le Sud », avait-il déclaré au lancement de la marque.

Seulement voilà, « la dénomination “Sud de France” ne correspond pas à une zone géographique au sens réglementaire, et il n’est donc pas possible de l’intégrer dans les cahiers des charges des AOP [appellation d’origine protégée] ou IGP [indication géographique protégée] », explique dans sa lettre envoyée aux acteurs viticoles le préfet, qui n’a pas répondu aux sollicitations du Monde. Elle ne peut notamment pas être utilisée dans l’étiquetage. La marque ombrelle peut servir pour des salons ou des opérations de promotion, mais pas pour un usage individuel sur chaque produit.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Les vignobles du Rhône méridional affichent un dynamisme conquérant

Georges Frêche et les professionnels savaient que, juridiquement, la mention « Sud de France » ne tenait pas la route, mais tous ont fait le dos rond, tant cette marque leur permettait d’aller de l’avant. Stimulée par le succès dans le vin, la marque va même servir à d’autres produits régionaux, alimentaires ou pas, voire des bâtiments, comme la gare Sud de France à Montpellier. Tout, ou à peu près tout, pouvait devenir « Sud de France ».

Aujourd’hui, 7 000 vins utilisant ce label vont devoir modifier leur étiquette sous peine d’amende (1 500 euros), ou de saisie des bouteilles destinées à l’export. Le contexte juridique n’a pourtant pas changé.

« On ne va pas jouer les rebelles »

Deux éléments ont probablement modifié la donne. D’une part, l’Union européenne est en train de revoir son règlement sur l’étiquetage des AOP ou des IGP, qui interdit pour l’instant d’ajouter une autre marque sur les étiquettes. « Il ne serait pas absurde que le nouveau règlement autorise les AOP ou IGP à mentionner aussi une marque régionale », estime Irène Tolleret, députée européenne (Renaissance-Renew Europe), rapporteuse du texte sur les appellations géographiques pour son groupe politique.

Les amendements vont être examinés fin 2022 pour un règlement qui sera adopté fin 2023. L’Etat pourrait décider de se mettre en conformité dès maintenant, pour avoir une chance que l’Europe entende ces arguments dans les mois qui viennent.

Il vous reste 43.24% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Merci à banqueenfrance.com puor « Sud », un mot porteur commercialement, mais trop confus géographiquement

#banqueenfrance
Merci d’avoir lu cet article : « Sud », un mot porteur commercialement, mais trop confus géographiquement


De banqueenfrance.com

Banqueenfrance.com

Merci 


« Sud », un mot porteur commercialement, mais trop confus géographiquement
source : online websites and banqueenfrance.com

Plus d'articles >>

%d bloggers like this: